Entries tagged with “Anne Sans”.


Le Front National revendique plus de 500 listes présentées dans toute la France. Certains parlent même de près de 600… Même les chiffres du Front National lui-même se contredisent… Un résultat modeste pour les 36681 communes que compte la France. Quoi qu’il en soit, la progression est là par rapport aux chiffres de 2008 (aucune liste FN en Haute-Garonne cette année là). Une certaine « victoire » qui s’est entachée au fil des dernières semaines. Le Front National de Marine Le Pen avait réussi avec la complicité des « médias  du système » à vendre la « dédiabolisation » du FN à un sacré paquet de crédules. Depuis quelques semaines, c’est un festival des révélations sur les magouilles frontistes, sur les candidats nazis… Fafwatch Midi-Pyrénées depuis ses débuts avait épargné le FN local. On profite de l’occasion des municipales pour soulever quelques lièvres.

Il y a quelques mois le Front National de la Haute-Garonne annonçait qu’il présenterait une dizaine de liste. Au final seulement Toulouse, Tournefeuille et Martres-Tolosane auront la chance d’avoir leur liste Rassemblement Bleu Marine. Encore que l’on n’est même pas sur, puisque les informations émanant du FN sont parfois contradictoires…

Toulouse

Allez ou vous voulez, tant que vos idées restent à la maison.

Allez ou vous voulez, tant que vos idées restent à la maison.

On salue la énième candidature de Serge Laroze qui a tenté de faire de l’humour avec ses mots-croisés sur plusieurs quartiers populaires de Toulouse, sur Merah, sur les roms, c’était fin, antisystème, subversif, hilarant… L’intéressé revendique 28 participations aux diverses élections en tant que candidat. Le drôle se permet même de dire dans plusieurs médias locaux : « «28 en tout! Cantonales, régionales, législatives, je les ai toutes faites. Je pourrais presque donner des cours à Sciences Po». C’est aussi intelligent que de dire « j’ai fabriqué une trentaine de maquettes d’avions en allumettes. Je pourrais presque donner des cours à Sup Aéro ».

Serge Laroze, tête de liste Front National pour la mairie de Toulouse, dans son local de campagne (photo : F. Scheiber pour 20minutes).

Serge Laroze, tête de liste Front National pour la mairie de Toulouse, dans son local de campagne (photo : F. Scheiber pour 20minutes).

Dernier meeting de campagne à Toulouse le samedi 15 mars 2014, Serge nous a encore sortie ses mots croisés…

Dernier meeting de campagne à Toulouse le samedi 15 mars 2014, Serge nous a encore sortie ses mots croisés…

Une autre habituée, Artémisa Rubio qui se présente sous son nom de jeune fille. À bientôt 76 ans on se demande pourquoi une telle parade. Son mari Jacques Mariés est aussi présent sur la liste. Artémisa Mariès, retraitée de l’enseignement, est surtout une militante affirmée des mouvements catholiques intégristes anti-avortement type SOS tout petits. Les époux Mariès peuvent aussi se targuer d’organiser des réunions nationalistes particulières à leur domicile. Comme en 2009, ou ils poussèrent à la création d’une antenne toulousaine du mouvement raciste européen « ville contre l’islamisation ». La même année, plusieurs lieux de culte musulman subirent des dégradations dans la région.

On note la présence d’une certaine Cécile Jeay… En réalité, il s’agit de Sixtine Jeay (Sixtine Isabelle Cécile Jeay). Ancienne de feu la section toulousaine du Renouveau Français. Depuis elle milite chez les identitaires. Bloc Identitaire, Jeunesses Identitaires, réseau Une Autre Jeunesse, Génération Identitaire… Autant de sobriquets pour cacher la merde révélée par les scandales successifs. Trop d’agressions et de condamnations médiatisées? Perte de visibilité médiatique? Impasse politique? Hop! On change de nom! Sixtine Jeay trop étiqueté « facho »? Ce n’est pas grave, on l’appellera Cécile et ça changera tout. Sixtine, nous l’avions globalement épargné jusque là.

Sixtine Jeay avec sa maman et son papa, l’avocat toulousain Dominique Jeay (citation mérité pour ses quelques frasques lors des manifestations contre le « mariage pour tous ») à une manifestation organisée par le Bloc Identitaire Toulouse le 29 mai 2012.

Sixtine Jeay avec sa maman et son papa, l’avocat toulousain Dominique Jeay (citation méritée pour ses quelques frasques lors des manifestations contre le « mariage pour tous ») à une manifestation organisée par le Bloc Identitaire Toulouse le 29 mai 2012.

A la même manifestation ou était présente la famille Jeay. Dans l’ordre, gauche à droite : Henri Van Essen http://fafwatchmp.noblogs.org/post/2013/02/11/les-jeunesses-nationalistes-toulousaines/, Victor Lenta http://fafwatchmp.noblogs.org/post/2012/03/29/la-face-identitaire-de-toulouse/, Mathis Jourdieu (qui semble s’être rapproché d’Égalité&Réconciliation, le fan-club/la secte d’Alain Soral) et Sixine Jeay.

A la même manifestation ou était présente la famille Jeay. Dans l’ordre, gauche à droite : Henri Van Essen, Victor Lenta, Mathis Jourdieu (qui semble s’être rapproché d’Égalité&Réconciliation, le fan-club/la secte d’Alain Soral) et Sixine Jeay.

Une militante très impliquée dans la section Identitaire de Toulouse depuis sa renaissance fin 2010 grâce au travail de Matthieu Clique. De Toulouse à Paris, elle multiplie les apparitions depuis plusieurs années comme à cette manifestation contre le droit de vote des étrangers en s’affichant avec les néo-nazis Parisiens.

Paris, le 9 juin 2012.Sixtine Jeay portant la banderole de tête, tout le gratin de l’extrême droite la plus radicale était présent ce jour là comme l’évoquait Réflexes dans cet article. http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article488

Paris, le 9 juin 2012.Sixtine Jeay portant la banderole de tête, tout le gratin de l’extrême droite la plus radicale était présent ce jour là comme l’évoquait Réflexes dans cet article.

Alexandre Gabriac des Jeunesses Nationalistes, Logan Duce du GUD, Sixtine Jeay chantaient en cœur le slogan « aujourd’hui l’Anarchie, demain l’Ordre Nouveau »…

Alexandre Gabriac des Jeunesses Nationalistes, Logan Duce du GUD, Sixtine Jeay chantaient en cœur le slogan « aujourd’hui l’Anarchie, demain l’Ordre Nouveau »…

Sixtine a étudié sur Paris, ce qui lui a permis de beaucoup s’amuser lors des manifestations contre le mariage gay et les débordements qui ont suivi.

Sixtine Jeay, la rebelle de salon et Mathilde Gibelin, militante identitaire et responsable d’Europe Jeunesse [1].

Sixtine Jeay, la rebelle de salon et Mathilde Gibelin, militante identitaire et responsable d’Europe Jeunesse [1].

Sixtine Jeay assise au centre sur la photo du groupe « anti-femen » du Bloc Identitaire : Les Antigones http://lahorde.samizdat.net/2013/06/01/antigone-doit-mourir-les-antigones-decryptees/. Elles apporteront autant que les Femen aux mouvements féministes : juste de la merde http://lahorde.samizdat.net/2013/11/20/les-antigones-deja-oubliees/.

Sixtine Jeay assise au centre sur la photo du groupe « anti-femen » du Bloc Identitaire : Les Antigones. Elles apporteront autant que les Femen aux mouvements féministes : juste de la merde.

Sixtine Jeay à l’entrainement « self défense » proposé par Romain Carrière à la section Paris des identitaires dans le cadre de leur nouvelle campagne de communication qui fait polémique http://www.lexpress.fr/actualite/societe/quand-l-extreme-droite-patrouille-dans-le-metro-lillois_1501027.html.

Sixtine Jeay à l’entrainement « self défense » proposé par Romain Carrière à la section Paris des identitaires dans le cadre de leur nouvelle campagne de communication qui fait polémique.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Sixtine Jeay, Adrien Dominguez (responsable des identitaires de Castres), Romain Carriére (responsable des identitaires de Toulouse). Les trois compères fêtent Yule, le « noël des païens http://fr.wikipedia.org/wiki/Yule» en décembre 2013. Bien qu’ancienne militante du groupe catho-facho Renouveau Français, Sixtine n’est qu’une « sorcière hérétique satanique ». Avec l’extrême droite, on n’est jamais à une contradiction prés.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Sixtine Jeay, Adrien Dominguez (responsable des identitaires de Castres), Romain Carriére (responsable des identitaires de Toulouse). Les trois compères fêtent Yule, le «noël des païens» en décembre 2013. Bien qu’ancienne militante du groupe catho-facho Renouveau Français, Sixtine n’est qu’une « sorcière hérétique satanique ». Avec l’extrême droite, on n’est jamais à une contradiction prés.

Sur la liste Front National pour les municipales de Toulouse, on retrouve aussi Nicolas Boutin. Si on devait résumer le cas Boutin, on dirait qu’il est venu à Toulouse pour se mettre au vert… Originaire de Tours, c’est un militant extrémiste malheureusement trop connu dan sa ville d’origine. Militant au FNJ Tours, on le comprend en regardant le genre de visuel que poste le Front National de la Jeunesse sur leur Facebook (croix celtique, cagoulé armé… la France qui fait rêver). Boutin, c’est aussi un très proche de Vox Populi (voir ici et ) . Mais Nicolas est surtout un supporter du Tours Football Club via le groupe ultra « Turons 1951 » (ex « Tours’N’Boys »). Le qualificatif de groupe ultra est bien aimable car dans les faits, il s’agirait plutôt d’un groupe de hooligans bas du front. Nicolas accumulé depuis un certains temps les casseroles (agression,  vol, vandalisme…). D’après nos informations, il a jusque là réussi à échapper aux sanctions judiciaires. Les enquêtes de la police ont peu abouti mais certaines sont encore en cours comme celle évoquée à la fin de cet article.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Alexis Lauzerte, Nicolas Boutin , Marine Le Pen, Olivier Lupion (militant au Bloc Identitaire et au Front National) et Mathieu Lachuries (secrétaire départemental FNJ) à Blagnac le 19 janvier dernier.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Alexis Lauzerte, Nicolas Boutin , Marine Le Pen, Olivier Lupion (militant au Bloc Identitaire et au Front National) et Mathieu Lachuries (secrétaire départemental FNJ) à Blagnac le 19 janvier dernier.

Le 17 mars 2014, Mathieu Lachuries envoi sur Facebook une photo à Nico Boutin (alias de Nicolas Boutin sur Facebook) ou il pose en compagnie de Jean-Marie Le Pen à Toulouse le 15 mars 2014.

Le 17 mars 2014, Mathieu Lachuries envoie sur Facebook une photo à Nico Boutin (alias de Nicolas Boutin sur Facebook) ou il pose en compagnie de Jean-Marie Le Pen à Toulouse le 15 mars 2014.

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin, debout en polo blanc et un échantillon des Turons 1951 se rendent à Châteauroux. (lien vidéo http://www.dailymotion.com/video/x139b3y_chateauroux-lbc-tours-fc-tours-le-resume-du-match-3eme-journee-2013-2014_sport).

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin, debout en polo blanc et un échantillon des Turons 1951 se rendent à Châteauroux. (lien vidéo).

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin fait partie des leaders du groupe. A ce titre, il lui est permis de gérer le groupe de supporter en tribune tel un chef d’orchestre.

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin fait partie des leaders du groupe. A ce titre, il lui est permis de gérer le groupe de supporter en tribune tel un chef d’orchestre.

Le 30 aout 2013, les Turons 1951 se faisaient remarquer au stade de Nancy. On peut les voir effectuer des « quenelles inversées ». Nicolas est présent sur la photo, il tente manifestement de dire bonjour à quelqu’un. Indice : bermuda, bourrelets, montre…

Le 30 aout 2013, les Turons 1951 se faisaient remarquer au stade de Nancy. On peut les voir effectuer des « quenelles inversées ». Nicolas est présent sur la photo, il tente manifestement de dire bonjour à quelqu’un. Indice : bermuda, bourrelets, montre…

Photo du groupe hooligans Turons 1951 à Tours effectuant des quenelles et des saluts fascistes. Photo prise dans le centre ville ou ils sévices régulièrement. http://lahorde.samizdat.net/2014/01/27/tours-des-militants-dextreme-droite-attaquent-les-clients-dun-bar/

Photo du groupe hooligans Turons 1951 à Tours effectuant des quenelles et des saluts fascistes. Photo prise dans le centre ville ou ils sévissent régulièrement.

On souhaite la bienvenue à Nicolas.

On souhaite la bienvenue à Nicolas.

Tournefeuille

Du cotés de la liste Front National de Tournefeuille, on retrouve Christine Lanciaux. Militante au Bloc Identitaire, proche du milieu skinhead néo-nazie local. Christine est aussi une amie proche de deux groupes locaux de motards liés aux Hells Angels. Les Occitaners [2] et les White Troopers [3].

Chris De France, l’alias facebook de Christine Lanciaux.

Chris De France, l’alias facebook de Christine Lanciaux.

Christine Lanciaux, militante active de la campagne municipale de la liste FN de Tournefeuille menée par Jean-Pierre Jarton.

Christine Lanciaux, militante active de la campagne municipale de la liste FN de Tournefeuille menée par Jean-Pierre Jarton.

Les militantes de l’Oustal en 2012. Le sulfureux et éphémère local des identitaires à Toulouse. Dans l’ordre, de gauche à droite, Sarah Gioux, Caroline Dutillie, Sixtine Jeay, Christine Lanciaux, Anne Sans.

Les militantes de l’Oustal en 2012. Le sulfureux et éphémère local des identitaires à Toulouse. Dans l’ordre, de gauche à droite, Sarah Gioux, Caroline Dutillie, Sixtine Jeay, Christine Lanciaux, Anne Sans.

Christine Lanciaux pose avec un sweat des identitaires toulousains. Les identitaires, les rois de la communication…

Christine Lanciaux pose avec un sweat des identitaires toulousains. Les identitaires, les rois de la communication…

Christine Lanciaux en compagnie de Jean-Pierre Jautron et Marine Le Pen le dernier à Blagnac.

Christine Lanciaux en compagnie de Jean-Pierre Jarton et Marine Le Pen le 19 janvier 2014 à Blagnac.

Christine Lanciaux et la race blanche…

Christine Lanciaux et la race blanche…

Christine Lanciaux en bonne compagnie. Plusieurs skinheads d’extrême droite, plusieurs militants de l’œuvre Francaise… plus d’info sur la photo ici.

Christine Lanciaux en bonne compagnie. Plusieurs skinheads d’extrême droite, plusieurs militants de l’œuvre Francaise… plus d’info sur la photo ici.

On en restera là pour le moment, alors qu’il y aurait beaucoup à dire encore. On n’a pas évoqué l’affaire Portheault ni les répercussions interne au sein du FN 31, ni même les casseroles de certains autres candidats, ni même développé la présence des identitaires dans la campagne électorale des municipales du Front National de la Haute-Garonne, ni même les photos de Marine Le Pen avec des néo-nazis locaux… On garde ça sous le coude pour de prochains articles.

[1] Le « mouvement scout » nationaliste et païen Europe Jeunesse  créée en 1973 par Pierre Vial. Un des fondateurs du GRECE  qu’il du quitté pour incompatibilité idéologique, Vial s’assumant un peu trop « suprématiste blanc». C’est un ex du FN et du MNR. Il est aussi le fondateur de Terre & Peuple  en 1994.

[2] Occitaners, un groupe de motards toulousains créé par des skinheads d’extrême droite. La plupart des membres travaillent comme agent de sécurité dans plusieurs établissements de nuit toulousain situés notamment rue Gabriel Péri. Ils sont affiliés aux hells Angels. Groupe criminel d’envergure internationale qui depuis 2-3 ans mets les moyens pour renforcer son implantation en France. La création d’une structure officielle Hells Angels n’est pas aisée vis-à-vis des pouvoirs publics, ni envisageable pour cette organisation élitiste (on ne devient pas Hells en signant un simple formulaire). Du coup, on voit fleurir ici ou là plusieurs clubs de motards comme autant d’antichambre regorgeant de groupies/sous-fifres des Hells Angels. Niveau recrutement, la quantité est au rendez-vous, mais la qualité l’est beaucoup moins. Les Occitaners n’ont pas encore trop compris comme fonctionne le milieu des gangs de motard criminalisés et ils vont devoir faire un choix. Leurs nouvelles activités sont bien entendu incompatibles avec un engagement politique. Ils ne peuvent pas attirer l’attention bêtement en œuvrant pour l’extrême droite locale tout en essayant discrètement d’organiser le business de leurs vrais patrons. Déjà le 5 avril 2013, ils organisaient conjointement avec le Bloc Identitaire, une conférence sur le « racisme anti-blanc » à leur local situé à l’Union. Un local/bar associatif qui sert de repère pour toutes l’extrême droite radicale de la région. Fafwatch leur laisse encore une chance de s’occuper juste de leurs motos avant de leur consacrer un article qui risquerait de faire mauvais genre pour les affaires.

[3] White Troopers, club de motard affilié aux Hells Angels né en 2010 de la fusion entre deux groupes locaux. Depuis le club se développe de manière impressionnante dans tout le grand sud-ouest. Un club structuré et bien plus sérieux dans le genre que le groupe des Occitaners qu’ils ont contribué à créer (toujours dans la logique expansionniste des Hells Angels). Composé de plusieurs centaines de membres, ils ont beaucoup recruté notamment dans les milieux rock tendance bas du front. Recruter de l’idiot raciste n’est pas ce qu’il y a de plus intelligent mais à priori on peut compter sur la structure White Troopers tenue par d’anciens Hells pour maintenir les chiens fous en laisse.

Depuis l’ouverture de l’Oustal on a de cesse de répéter que le local du Bloc Identitaire situé au 36 allée de Barcelone est un repère de fachos. Certains pensent qu’on exagère, qu’on va trop loin. Certains pensent qu’on attaque le Bloc Identitaire toulousain uniquement sur sa honteuse récupération de la culture occitane… Bref on va remettre une couche avec cet article pour mettre les choses au clair. Il est dommage d’en arriver là, mais malgré nos communiqués, nos articles, nos affiches, nos tracts, nos manifs, certains croient encore que le Bloc Identitaire est une organisation politique classique, tout juste un peu à l’extrême droite…

Samedi 17 mars 2012, une manifestation antifasciste se tenait pour dénoncer la présence du local du Bloc Identitaire. 300 personnes ont défilé dans de la place Arnaud Bernard à Compans Caffareli en passant par les allées de Barcelone et la place Héraclés. Le tout avec détermination sans heurts, sans violence et sans débordements. On a pu constater la présence d’un important dispositif policier : au moins une demi compagnie de CRS, un détachement de gendarmes mobiles, des camions avec barrières anti-émeute et un camion lance à eau anti-émeute… Bref de quoi bien protéger l’Oustal…

Pour autant, les militants du Bloc Identitaire étaient présents en nombre à leur local. Les naïfs diront que c’est pour protéger leur local… Oui il est évident que les forces policières auraient été certainement débordées, il fallait bien rajouter une vingtaine de nervis fascistes pour épauler la centaine de « robocop »…

Egal à lui-même, Matthieu Clique, le leader des Jeunesse Identitaire toulousaine n’a pas pu s’empêcher de provoquer les manifestants, avec son acolyte Victor Lenta [1]. Ils ont copieusement filmé le cortège antifasciste lors de son passage près du local du Bloc Identitaire. Sans doute pour repérer les prochaines personnes à agresser…

Là où cela devient intéressant, c’est de savoir qui était présent au local pour soi disant le protéger. Ils se sont réunis dès samedi matin. Heureusement qu’une âme généreuse était là pour immortaliser les retrouvailles. L’ensemble des photos est disponible ici avec un bonus [2](lien vers flickr http://www.flickr.com/photos/78234896@N07/).

Matthieu et Victor attendent leurs amis. A cotés se trouve une équipe de France 3.

Et un bonehead [3], un ! Bertrand Cahuzac et sa copine.

Et ca continue, Victor Lenta accueille Loïc Staïano et sa copine.

Tout le monde se fait la bise. Ils se connaissent très bien. Le pack de Kronenbourg, les lacets blancs sur les rangers, c’est ça le Bloc Identitaire, les soi-disant défenseurs la culture occitane.

Tout le monde est là pour la petite sauterie devant l’Oustal, le local identitaire du 36 allée de Barcelone.

Les imbéciles diront que les cranes rasés sont passés au local du Bloc Identitaire par hasard.

Les sceptiques continueront à dire que des cranes rasés, c’est un peu maigre comme argument pour les qualifier de nazis. Attendez la suite du roman-photo !

Loïc Staïano

Un bonehead bien connu du milieu toulousain, il est surnommé « Frolic ». Cet individu est impliqué dans de nombreuses affaires de violences sur Toulouse et Colomiers, certaines ont été instruites juridiquement d’autres non. Il est l’auteur de la fameuse vidéo qui revendique l’attaque du local de la CNT par les identitaires toulousains, vidéo diffusée depuis son compte Youtube (les sceptiques peuvent demander les preuves s’il faut). Ci-dessous Loïc torse nu, on peut aisément admirer bon nombres de tatouages représentant des sigles nazis et fascistes ainsi que des éléments de la mythologie celte et viking récupérés et détournés depuis de trop longtemps par une frange de l’extrême droite.

La panoplie complète du tatouage de facho. Petit jeu : trouver la croix gammée…

Bertand Cahuzac

A gauche, Bertrand mignon tout plein il y a un an. A l’extrême droite Bertrand le néo-naze avec encore un t-shirt paillette techno, stigmate de son ancienne vie de clubber.

Quel gâchis! Il y a encore un an, le jeune homme avait des cheveux et une vie classique d’étudiant en IUT à l’Université Paul Sabatier. Sûrement déjà raciste, il saute le pas du militantisme en intégrant les Jeunesse Identitaire (JI) toulousaine et là c’est le drame. Il rencontre les boneheads et en devient un… c’est aussi ça l’esprit JI… Il devient un vrai défenseur de la « race blanche ». Il a ça dans la peau (cf son magnifique tatouage).

Croix de fer, devise des chevaliers du temple, devise pétainiste… génial !!!

Nazi party

Loïc Staïano, sa copine et Bertrand Cahuzac exécutant le salut hitlérien avec des amis… « on ne regrette pas sa soirée » dirait le Maréchal Reichsminister Ludwig Von Apfelstrudel [4].

Loïc et Bertrand sont potes et lorsqu’ils ne sont pas à l’Oustal, ils font des soirées riches en poésie et en bonne compagnie. Thématique classique, pas de soirée déguisée, c’est un peu comme à Mc Do : « venez comme vous êtes ». Pour ôter le doute aux incrédules qui croient que c’est un salut romain ou une tendinite du bras droit, on notera que Bertrand porte un t-shirt avec le logo de la Division Charlemagne. La 33e division de grenadiers SS Charlemagne était constituée de français volontairement engagés sous l’uniforme Waffen-SS lors de la seconde guerre mondiale.

 

Faut-il encore plus de preuve pour qualifier Bertrand et Loïc de nazis? Faut-il encore plus de preuves pour démontrer qu’ils sont membres ou sympathisants du Bloc Identitaire?

 

Bla bla en perspective voir plus si…

Que va-t-il se passer maintenant ? Doit-on révéler d’autres preuves ? Par quelle pirouette Matthieu Clique va-t-il encore s’en sortir devant les journalistes ? Quelles sont les éléments de langage du Bloc Identitaire qui peuvent encore tenir devant ces faits ? La devise des Jeunesse Identitaire « 0% racisme, 100% identité » ? Le Bloc Identitaire est « contre l’Islam mais pas contre les musulmans » ?

Non, Matthieu [5] dira sûrement qu’il ne savait pas ou/et que Loïc Staïano et Bertrand Cahuzac ne font pas parti du Bloc Identitaire, qu’ils n’ont pas leur carte de membre… bla bla bla… On peut compter sur monsieur Clique pour se vautrer dans le discours classique du politicien: nier formellement et directement enchainer sur un : « il y a trop de mosquées, de kebabs et de fastfoods à Toulouse, rendez-vous compte !!! ». Le Bloc Identitaire (BI) ne communiquera pas officiellement par honte de s’être fait une nouvelle fois de plus prendre la main dans le sac. Ou peut-être que le BI nous sortira un pompeux communiqué calqué sur ceux du Front National en mode « dédiabolisation ». En tout cas, on compte sur les quelques journalistes qui oseront encore mettre les pieds à l’Oustal pour poser les vrais questions et essayer de ne pas se faire endormir par notre chère petite tête blonde préférée. Bref on continue à suivre attentivement la suite des événements. On prend déjà les paris. Communiqué de presse ? Conférence de presse ? Vidéo ? Attaque de concert ? Attaque de bar ? Nouvelles agressions ? Quoi qu’il en soit Matthieu et sa clique ne resteront pas de marbre.

 

 

NB 1 : On peut aisément nous traiter de délateur. Nous répondons simplement à la campagne de désinformation orchestrée depuis plusieurs mois par le Bloc Identitaire toulousain. Désolé pour Matthieu, Loïc, Bertrand et les autres, on ne vous changera pas mais on vous demande simplement de rester tranquillement à la maison.

NB 2 : Nous venons par cet article de démontrez une partie des liens entre les identitaires et les boneheads (skinhead d’extrême droite). On peut aller plus loin encore s’il faut. Le prochain article sera consacré aux liens qu’entretiennent les identitaires avec les hooligans du TFC. Il devrait sortir la semaine prochaine.

 

[1] On a l’habitude de les connaître dans des rôles beaucoup moins pacifique, voir ici.

[2] Bonus : le 31 avril peu avant la manifestation occitane, les identitaires toulousains avaient volé une banderole de l’organisation occitane, ce qu’ils ont totalement nié par la suite. Dommage, on a les photos du vol…

[3] Skinhead d’extrême droite.

[4] Personnage culte du cinéma français (extrait du  film).

[5] Le même Matthieu Clique qui s’est fait condamné pour incitation à la haine raciale le 30 mai 2012 avec ses acolytes : Romain Carrière et Anne Sans.