Front National


Le samedi 9 février 2019, durant la manif hebdomadaire des gilets jaunes, le cortège anticapitaliste (composé en bonne partie de militants du NPA et d’Ocml-VP) a été attaqué par un groupe de gens se présentant comme des gilets jaunes voulant « chasser les casseurs ». En réalité, derrière cette opération de communication / agression, couverte par le média d’extrême-droite « Infos Toulouse », se cache (très mal d’ailleurs) une bonne partie de l’extrême-droite toulousaine. Le groupe de fascistes qui a attaqué le cortège gilets jaunes était au nombre de 34 personnes. Portrait :

 

LES IDENTITAIRES TOULOUSAINS  : il était une fois dans l’ouest

Les identitaires ont connu sur Toulouse des heures plus glorieuses, nos anciens articles les avaient épinglé à l’époque de leur local allée de barcelone. Aujourd’hui ils en sont réduits, suite à la perte de leur page facebook (supprimée par la plateforme suite au signalement de nombreux internautes), et au rapprochement avec l’équipe de hooligans « lagaf crew / toulouse offenders », à abandonner les actions symboliques pour faire le coup de poing dans les manifs.

Étaient présents par exemple :

 

Aymeric Courtet : étudiant en histoire à l’Institut Catholique de Toulouse et responsable de la section toulousaine de Génération Identitaire

Adrien Dominguez : ancien responsable de la section toulousaine et membre de Génération Identitaire

Enguerrand Pacotte : facilement reconnaisable avec sa veste bleue, il est le fils de Christophe Pacotte ancien responsable du bloc identitaire aquitaine. (cerclé de rouge et assis sur le portail sur la photo de droite avec les autres membres de génération identitaire)

 

 

Ou avec ses camarades lors d’une dédicace de Marsault et Papacito (encore sa veste bleue)

Les jumeaux, Karl et Franck Dunas : membres de Génération Identitaire Toulouse

De gauche à droite : Franck ou Karl Dunas (mais qui est qui ?)

Corentin Merdy : membre de Génération Identitaire Toulouse

 

 

Guillaume Castelli : militant de Génération Identitaire Toulouse et ingénieur en stage chez Thalès

Guillaume Castelli, à droite sur la photo bouche ouverte

Guillaume Castelli à gauche sur la photo

 

 

À gauche sur la photo Guillaume Castelli, à droite Enguerrand Pacotte.

 

LES IDENTITAIRES LORS DE L’AGRESSION AVANT ET PENDANT

Avec la capuche bordeaux : Corentin Merdy. Avec la capuche noire, à l’extrême-droite, Adrien Dominguez (qui n’avait pas encore pris soin de se masquer).

 

De gauche à droite : Clément Dévic, Enguerrand Pacotte, Adrien Dominguez, Corentin Merdy (capuche bordeaux et sans lunettes cette fois, serait-il venu pour se battre?), Aymeric Courtet, Lorenzo Dévic

 

De gauche à droite : Corentin Merdy, Aymeric Courtet (en train de faire la victime), Lorenzo Devic (casquette noire), Franck ou Karl Dunas

 

Photos des Identitaires présents :

De gauche à droite : Matthieu Lucas (sans cercle), Corentin Merdy, Aymeric Courtet, Enguerrand Pacotte (juste à droite de Aymeric, sans cercle) Franck ou Karl Dunas, Adrien Dominguez, Karl ou Franck Dunas

 

LE LAGAF CREW : des hooligans d’extrême-droite au pays du rugby

Le « Lagaf Crew » est un petit crew (équipe) de hooligans toulousains, des indéps, non affiliés à un club de supporters. Même s’ils sont proches du groupe de hooligans d’extrême-droite « Camside Tolosa » (CST). Le Lagaf Crew est encore émergent et peine à acquérir une street credibility, que ce soit dans le milieu du stade ou simplement dans la rue. Autant dire que l’occasion en or s’est présenté à eux avec cette chasse aux anticapitalistes. En effet, le Lagaf Crew s’acoquine pas mal ces derniers temps avec les membres de Génération Identitaire Toulouse.

Clément Dévic : membre du Lagaf Crew, frère de Lorenzo

 

Lorenzo Dévic : membre du Lagaf Crew, frère de Clément

Lorenzo et Clément Dévic avec leurs compagnes. (Lorenzo est à gauche sur la photo)

 

Lorenzo Devic à gauche sur la photo, Clément Devic à droite

 

 

Le Lagaf Crew en train de poser (Clément est à gauche, Lorenzo à droite).

Lorenzo et Clément avant l’agression

Et pendant :

Clément devic qui arme son coup de pied (léger manque de technique cependant)

 

Clément Devic tout à gauche et Lorenzo avec sa casquette en train de frapper un homme seul avec leurs amis.

 

Quelques agresseurs notoires :

Frédéric Cantiani : cadre de l’OSRE (Organisation Socialiste et Révolutionnaire Européenne) organisation nationaliste révolutionnaire (tentant de mélanger un anticapitalisme de façade et un fascisme lui bien réel)

 

À gauche, en train de faire le salut hitlérien, « Tancrede Tolosa »

Tancrede Tolosa sans crampe au bras et un peu plus souriant

 

 

 

Mathieu Lucas : proche de génération identitaire

Mathieu Lucas, en train de filmer à l’aide de sa GoPro

 

 

Mathieu Lucas

 

 

petite photo de groupe : On reconnaît facilement Enguerrand Pacotte en bleu, les frères Dunas                                                                 et Mathieu Lucas (qui vérifie si sa Gopro filme bien)

 

Un autre agresseur ami de Clément Devic en quatrième place lors de l’attaque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une photo du courage des fascistes

L’individu cagoulé tête de mort (ci dessus) ici en deuxième en partant de la gauche

 

 

Quelques photos supplémentaires :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une photo de la fuite des fascistes sous les cris de la foule qui scande Tolosa Antifa (vous avez perdu votre drapeau au fait)

 

 

Si on récapitule, on a un groupe de 34 militants d’extrême-droite qui attaque un cortège gilets jaunes. Ce groupe agresseur est composé de :

  • la quasi-totalité des membres de Génération Identitaire Toulouse
  • 1 ou plusieurs membres de l’OSRE
  • le Lagaf Crew et d’autres hooligans d’extrême-droite

 

Génération Identitaire ne perd jamais une occasion de jouer les supplétifs des keufs (en plus de leur servir l’appéritif à Lille). Quand ce n’est pas pour harceler les navires de sauvetage en Méditerrannée, ils traquent les réfugiés qui tentent la traversée des cols alpins en plein hiver. Ils semblent aujourd’hui avoir pris une confiance bien trop importante en se permettant d’attaquer, comme leur collègues des Zouaves à Paris, ou des Identitaires à Lyon, les cortèges des gilets jaunes et les militant.e.s anticapitalistes.

 

Le Front National revendique plus de 500 listes présentées dans toute la France. Certains parlent même de près de 600… Même les chiffres du Front National lui-même se contredisent… Un résultat modeste pour les 36681 communes que compte la France. Quoi qu’il en soit, la progression est là par rapport aux chiffres de 2008 (aucune liste FN en Haute-Garonne cette année là). Une certaine « victoire » qui s’est entachée au fil des dernières semaines. Le Front National de Marine Le Pen avait réussi avec la complicité des « médias  du système » à vendre la « dédiabolisation » du FN à un sacré paquet de crédules. Depuis quelques semaines, c’est un festival des révélations sur les magouilles frontistes, sur les candidats nazis… Fafwatch Midi-Pyrénées depuis ses débuts avait épargné le FN local. On profite de l’occasion des municipales pour soulever quelques lièvres.

Il y a quelques mois le Front National de la Haute-Garonne annonçait qu’il présenterait une dizaine de liste. Au final seulement Toulouse, Tournefeuille et Martres-Tolosane auront la chance d’avoir leur liste Rassemblement Bleu Marine. Encore que l’on n’est même pas sur, puisque les informations émanant du FN sont parfois contradictoires…

Toulouse

Allez ou vous voulez, tant que vos idées restent à la maison.

Allez ou vous voulez, tant que vos idées restent à la maison.

On salue la énième candidature de Serge Laroze qui a tenté de faire de l’humour avec ses mots-croisés sur plusieurs quartiers populaires de Toulouse, sur Merah, sur les roms, c’était fin, antisystème, subversif, hilarant… L’intéressé revendique 28 participations aux diverses élections en tant que candidat. Le drôle se permet même de dire dans plusieurs médias locaux : « «28 en tout! Cantonales, régionales, législatives, je les ai toutes faites. Je pourrais presque donner des cours à Sciences Po». C’est aussi intelligent que de dire « j’ai fabriqué une trentaine de maquettes d’avions en allumettes. Je pourrais presque donner des cours à Sup Aéro ».

Serge Laroze, tête de liste Front National pour la mairie de Toulouse, dans son local de campagne (photo : F. Scheiber pour 20minutes).

Serge Laroze, tête de liste Front National pour la mairie de Toulouse, dans son local de campagne (photo : F. Scheiber pour 20minutes).

Dernier meeting de campagne à Toulouse le samedi 15 mars 2014, Serge nous a encore sortie ses mots croisés…

Dernier meeting de campagne à Toulouse le samedi 15 mars 2014, Serge nous a encore sortie ses mots croisés…

Une autre habituée, Artémisa Rubio qui se présente sous son nom de jeune fille. À bientôt 76 ans on se demande pourquoi une telle parade. Son mari Jacques Mariés est aussi présent sur la liste. Artémisa Mariès, retraitée de l’enseignement, est surtout une militante affirmée des mouvements catholiques intégristes anti-avortement type SOS tout petits. Les époux Mariès peuvent aussi se targuer d’organiser des réunions nationalistes particulières à leur domicile. Comme en 2009, ou ils poussèrent à la création d’une antenne toulousaine du mouvement raciste européen « ville contre l’islamisation ». La même année, plusieurs lieux de culte musulman subirent des dégradations dans la région.

On note la présence d’une certaine Cécile Jeay… En réalité, il s’agit de Sixtine Jeay (Sixtine Isabelle Cécile Jeay). Ancienne de feu la section toulousaine du Renouveau Français. Depuis elle milite chez les identitaires. Bloc Identitaire, Jeunesses Identitaires, réseau Une Autre Jeunesse, Génération Identitaire… Autant de sobriquets pour cacher la merde révélée par les scandales successifs. Trop d’agressions et de condamnations médiatisées? Perte de visibilité médiatique? Impasse politique? Hop! On change de nom! Sixtine Jeay trop étiqueté « facho »? Ce n’est pas grave, on l’appellera Cécile et ça changera tout. Sixtine, nous l’avions globalement épargné jusque là.

Sixtine Jeay avec sa maman et son papa, l’avocat toulousain Dominique Jeay (citation mérité pour ses quelques frasques lors des manifestations contre le « mariage pour tous ») à une manifestation organisée par le Bloc Identitaire Toulouse le 29 mai 2012.

Sixtine Jeay avec sa maman et son papa, l’avocat toulousain Dominique Jeay (citation méritée pour ses quelques frasques lors des manifestations contre le « mariage pour tous ») à une manifestation organisée par le Bloc Identitaire Toulouse le 29 mai 2012.

A la même manifestation ou était présente la famille Jeay. Dans l’ordre, gauche à droite : Henri Van Essen http://fafwatchmp.noblogs.org/post/2013/02/11/les-jeunesses-nationalistes-toulousaines/, Victor Lenta http://fafwatchmp.noblogs.org/post/2012/03/29/la-face-identitaire-de-toulouse/, Mathis Jourdieu (qui semble s’être rapproché d’Égalité&Réconciliation, le fan-club/la secte d’Alain Soral) et Sixine Jeay.

A la même manifestation ou était présente la famille Jeay. Dans l’ordre, gauche à droite : Henri Van Essen, Victor Lenta, Mathis Jourdieu (qui semble s’être rapproché d’Égalité&Réconciliation, le fan-club/la secte d’Alain Soral) et Sixine Jeay.

Une militante très impliquée dans la section Identitaire de Toulouse depuis sa renaissance fin 2010 grâce au travail de Matthieu Clique. De Toulouse à Paris, elle multiplie les apparitions depuis plusieurs années comme à cette manifestation contre le droit de vote des étrangers en s’affichant avec les néo-nazis Parisiens.

Paris, le 9 juin 2012.Sixtine Jeay portant la banderole de tête, tout le gratin de l’extrême droite la plus radicale était présent ce jour là comme l’évoquait Réflexes dans cet article. http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article488

Paris, le 9 juin 2012.Sixtine Jeay portant la banderole de tête, tout le gratin de l’extrême droite la plus radicale était présent ce jour là comme l’évoquait Réflexes dans cet article.

Alexandre Gabriac des Jeunesses Nationalistes, Logan Duce du GUD, Sixtine Jeay chantaient en cœur le slogan « aujourd’hui l’Anarchie, demain l’Ordre Nouveau »…

Alexandre Gabriac des Jeunesses Nationalistes, Logan Duce du GUD, Sixtine Jeay chantaient en cœur le slogan « aujourd’hui l’Anarchie, demain l’Ordre Nouveau »…

Sixtine a étudié sur Paris, ce qui lui a permis de beaucoup s’amuser lors des manifestations contre le mariage gay et les débordements qui ont suivi.

Sixtine Jeay, la rebelle de salon et Mathilde Gibelin, militante identitaire et responsable d’Europe Jeunesse [1].

Sixtine Jeay, la rebelle de salon et Mathilde Gibelin, militante identitaire et responsable d’Europe Jeunesse [1].

Sixtine Jeay assise au centre sur la photo du groupe « anti-femen » du Bloc Identitaire : Les Antigones http://lahorde.samizdat.net/2013/06/01/antigone-doit-mourir-les-antigones-decryptees/. Elles apporteront autant que les Femen aux mouvements féministes : juste de la merde http://lahorde.samizdat.net/2013/11/20/les-antigones-deja-oubliees/.

Sixtine Jeay assise au centre sur la photo du groupe « anti-femen » du Bloc Identitaire : Les Antigones. Elles apporteront autant que les Femen aux mouvements féministes : juste de la merde.

Sixtine Jeay à l’entrainement « self défense » proposé par Romain Carrière à la section Paris des identitaires dans le cadre de leur nouvelle campagne de communication qui fait polémique http://www.lexpress.fr/actualite/societe/quand-l-extreme-droite-patrouille-dans-le-metro-lillois_1501027.html.

Sixtine Jeay à l’entrainement « self défense » proposé par Romain Carrière à la section Paris des identitaires dans le cadre de leur nouvelle campagne de communication qui fait polémique.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Sixtine Jeay, Adrien Dominguez (responsable des identitaires de Castres), Romain Carriére (responsable des identitaires de Toulouse). Les trois compères fêtent Yule, le « noël des païens http://fr.wikipedia.org/wiki/Yule» en décembre 2013. Bien qu’ancienne militante du groupe catho-facho Renouveau Français, Sixtine n’est qu’une « sorcière hérétique satanique ». Avec l’extrême droite, on n’est jamais à une contradiction prés.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Sixtine Jeay, Adrien Dominguez (responsable des identitaires de Castres), Romain Carriére (responsable des identitaires de Toulouse). Les trois compères fêtent Yule, le «noël des païens» en décembre 2013. Bien qu’ancienne militante du groupe catho-facho Renouveau Français, Sixtine n’est qu’une « sorcière hérétique satanique ». Avec l’extrême droite, on n’est jamais à une contradiction prés.

Sur la liste Front National pour les municipales de Toulouse, on retrouve aussi Nicolas Boutin. Si on devait résumer le cas Boutin, on dirait qu’il est venu à Toulouse pour se mettre au vert… Originaire de Tours, c’est un militant extrémiste malheureusement trop connu dan sa ville d’origine. Militant au FNJ Tours, on le comprend en regardant le genre de visuel que poste le Front National de la Jeunesse sur leur Facebook (croix celtique, cagoulé armé… la France qui fait rêver). Boutin, c’est aussi un très proche de Vox Populi (voir ici et ) . Mais Nicolas est surtout un supporter du Tours Football Club via le groupe ultra « Turons 1951 » (ex « Tours’N’Boys »). Le qualificatif de groupe ultra est bien aimable car dans les faits, il s’agirait plutôt d’un groupe de hooligans bas du front. Nicolas accumulé depuis un certains temps les casseroles (agression,  vol, vandalisme…). D’après nos informations, il a jusque là réussi à échapper aux sanctions judiciaires. Les enquêtes de la police ont peu abouti mais certaines sont encore en cours comme celle évoquée à la fin de cet article.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Alexis Lauzerte, Nicolas Boutin , Marine Le Pen, Olivier Lupion (militant au Bloc Identitaire et au Front National) et Mathieu Lachuries (secrétaire départemental FNJ) à Blagnac le 19 janvier dernier.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Alexis Lauzerte, Nicolas Boutin , Marine Le Pen, Olivier Lupion (militant au Bloc Identitaire et au Front National) et Mathieu Lachuries (secrétaire départemental FNJ) à Blagnac le 19 janvier dernier.

Le 17 mars 2014, Mathieu Lachuries envoi sur Facebook une photo à Nico Boutin (alias de Nicolas Boutin sur Facebook) ou il pose en compagnie de Jean-Marie Le Pen à Toulouse le 15 mars 2014.

Le 17 mars 2014, Mathieu Lachuries envoie sur Facebook une photo à Nico Boutin (alias de Nicolas Boutin sur Facebook) ou il pose en compagnie de Jean-Marie Le Pen à Toulouse le 15 mars 2014.

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin, debout en polo blanc et un échantillon des Turons 1951 se rendent à Châteauroux. (lien vidéo http://www.dailymotion.com/video/x139b3y_chateauroux-lbc-tours-fc-tours-le-resume-du-match-3eme-journee-2013-2014_sport).

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin, debout en polo blanc et un échantillon des Turons 1951 se rendent à Châteauroux. (lien vidéo).

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin fait partie des leaders du groupe. A ce titre, il lui est permis de gérer le groupe de supporter en tribune tel un chef d’orchestre.

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin fait partie des leaders du groupe. A ce titre, il lui est permis de gérer le groupe de supporter en tribune tel un chef d’orchestre.

Le 30 aout 2013, les Turons 1951 se faisaient remarquer au stade de Nancy. On peut les voir effectuer des « quenelles inversées ». Nicolas est présent sur la photo, il tente manifestement de dire bonjour à quelqu’un. Indice : bermuda, bourrelets, montre…

Le 30 aout 2013, les Turons 1951 se faisaient remarquer au stade de Nancy. On peut les voir effectuer des « quenelles inversées ». Nicolas est présent sur la photo, il tente manifestement de dire bonjour à quelqu’un. Indice : bermuda, bourrelets, montre…

Photo du groupe hooligans Turons 1951 à Tours effectuant des quenelles et des saluts fascistes. Photo prise dans le centre ville ou ils sévices régulièrement. http://lahorde.samizdat.net/2014/01/27/tours-des-militants-dextreme-droite-attaquent-les-clients-dun-bar/

Photo du groupe hooligans Turons 1951 à Tours effectuant des quenelles et des saluts fascistes. Photo prise dans le centre ville ou ils sévissent régulièrement.

On souhaite la bienvenue à Nicolas.

On souhaite la bienvenue à Nicolas.

Tournefeuille

Du cotés de la liste Front National de Tournefeuille, on retrouve Christine Lanciaux. Militante au Bloc Identitaire, proche du milieu skinhead néo-nazie local. Christine est aussi une amie proche de deux groupes locaux de motards liés aux Hells Angels. Les Occitaners [2] et les White Troopers [3].

Chris De France, l’alias facebook de Christine Lanciaux.

Chris De France, l’alias facebook de Christine Lanciaux.

Christine Lanciaux, militante active de la campagne municipale de la liste FN de Tournefeuille menée par Jean-Pierre Jarton.

Christine Lanciaux, militante active de la campagne municipale de la liste FN de Tournefeuille menée par Jean-Pierre Jarton.

Les militantes de l’Oustal en 2012. Le sulfureux et éphémère local des identitaires à Toulouse. Dans l’ordre, de gauche à droite, Sarah Gioux, Caroline Dutillie, Sixtine Jeay, Christine Lanciaux, Anne Sans.

Les militantes de l’Oustal en 2012. Le sulfureux et éphémère local des identitaires à Toulouse. Dans l’ordre, de gauche à droite, Sarah Gioux, Caroline Dutillie, Sixtine Jeay, Christine Lanciaux, Anne Sans.

Christine Lanciaux pose avec un sweat des identitaires toulousains. Les identitaires, les rois de la communication…

Christine Lanciaux pose avec un sweat des identitaires toulousains. Les identitaires, les rois de la communication…

Christine Lanciaux en compagnie de Jean-Pierre Jautron et Marine Le Pen le dernier à Blagnac.

Christine Lanciaux en compagnie de Jean-Pierre Jarton et Marine Le Pen le 19 janvier 2014 à Blagnac.

Christine Lanciaux et la race blanche…

Christine Lanciaux et la race blanche…

Christine Lanciaux en bonne compagnie. Plusieurs skinheads d’extrême droite, plusieurs militants de l’œuvre Francaise… plus d’info sur la photo ici.

Christine Lanciaux en bonne compagnie. Plusieurs skinheads d’extrême droite, plusieurs militants de l’œuvre Francaise… plus d’info sur la photo ici.

On en restera là pour le moment, alors qu’il y aurait beaucoup à dire encore. On n’a pas évoqué l’affaire Portheault ni les répercussions interne au sein du FN 31, ni même les casseroles de certains autres candidats, ni même développé la présence des identitaires dans la campagne électorale des municipales du Front National de la Haute-Garonne, ni même les photos de Marine Le Pen avec des néo-nazis locaux… On garde ça sous le coude pour de prochains articles.

[1] Le « mouvement scout » nationaliste et païen Europe Jeunesse  créée en 1973 par Pierre Vial. Un des fondateurs du GRECE  qu’il du quitté pour incompatibilité idéologique, Vial s’assumant un peu trop « suprématiste blanc». C’est un ex du FN et du MNR. Il est aussi le fondateur de Terre & Peuple  en 1994.

[2] Occitaners, un groupe de motards toulousains créé par des skinheads d’extrême droite. La plupart des membres travaillent comme agent de sécurité dans plusieurs établissements de nuit toulousain situés notamment rue Gabriel Péri. Ils sont affiliés aux hells Angels. Groupe criminel d’envergure internationale qui depuis 2-3 ans mets les moyens pour renforcer son implantation en France. La création d’une structure officielle Hells Angels n’est pas aisée vis-à-vis des pouvoirs publics, ni envisageable pour cette organisation élitiste (on ne devient pas Hells en signant un simple formulaire). Du coup, on voit fleurir ici ou là plusieurs clubs de motards comme autant d’antichambre regorgeant de groupies/sous-fifres des Hells Angels. Niveau recrutement, la quantité est au rendez-vous, mais la qualité l’est beaucoup moins. Les Occitaners n’ont pas encore trop compris comme fonctionne le milieu des gangs de motard criminalisés et ils vont devoir faire un choix. Leurs nouvelles activités sont bien entendu incompatibles avec un engagement politique. Ils ne peuvent pas attirer l’attention bêtement en œuvrant pour l’extrême droite locale tout en essayant discrètement d’organiser le business de leurs vrais patrons. Déjà le 5 avril 2013, ils organisaient conjointement avec le Bloc Identitaire, une conférence sur le « racisme anti-blanc » à leur local situé à l’Union. Un local/bar associatif qui sert de repère pour toutes l’extrême droite radicale de la région. Fafwatch leur laisse encore une chance de s’occuper juste de leurs motos avant de leur consacrer un article qui risquerait de faire mauvais genre pour les affaires.

[3] White Troopers, club de motard affilié aux Hells Angels né en 2010 de la fusion entre deux groupes locaux. Depuis le club se développe de manière impressionnante dans tout le grand sud-ouest. Un club structuré et bien plus sérieux dans le genre que le groupe des Occitaners qu’ils ont contribué à créer (toujours dans la logique expansionniste des Hells Angels). Composé de plusieurs centaines de membres, ils ont beaucoup recruté notamment dans les milieux rock tendance bas du front. Recruter de l’idiot raciste n’est pas ce qu’il y a de plus intelligent mais à priori on peut compter sur la structure White Troopers tenue par d’anciens Hells pour maintenir les chiens fous en laisse.