Quality Hotel Toulouse Centre Le Clocher de Rodez.

14-15 Place Jeanne d’Arc 31000 Toulouse

http://www.hotel-clocher-toulouse.com

contact@hotel-clocher-toulouse.com

info@hotel-clocher-toulouse.com

Tél : 05 61 62 42 92

Fax : 05 61 62 68 99

Le Clocher de Rodez, situé Place Jeanne d’Arc à Toulouse.

Le Clocher de Rodez, situé Place Jeanne d’Arc à Toulouse.

Le Clochez de Rodez, autre institution toulousaine, situé place Jeanne d’Arc non loin de la Taverne Bavaroise est un hôtel 3 étoiles rattaché à la chaîne hôtelière Quality Inn. Une belle bâtisse du XVIIIe siècle lui permet de disposer d’une quarantaine de chambre en plein Toulouse. Mais ce n’est pas sa literie qui nous intéresse dans cet article, mais plutôt les salles de conférence que l’hôtel loue aux groupes d’extrêmes droites. Le site internet du Clocher de Rodez nous les présente ici.

Grande salle « Les Ecuries » au Clocher de Rodez. La salle préférée des nationalistes.

Grande salle « Les Ecuries » au Clocher de Rodez. La salle préférée des nationalistes.

C’est à peine si on peut en vouloir au Clocher d’accueillir l’extrême droite, c’est un peu une tradition bien ancré historiquement. Ci-dessous un article de La Dépêche du Midi du 18 janvier 1943. L’hôtel du Clochez de Rodez est en partie transformé en restaurant de la Légion. Un restaurant à vocation sociale d’après l’article.

Article de La Dépêche du Midi du 18 janvier 1943. SOURCE http://histoireresistance31.free.fr/livregoubet/index.html

Article de La Dépêche du Midi du 18 janvier 1943. (SOURCE)

Il suffit de s’intéresser un peu mieux à cette fameuse Légion pour savoir vraiment de quoi il en retourne. La Légion ou plutôt la Légion Française des Combattants (LFC) est une organisation née de la fusion par le régime de Vichy du maréchal Pétain de toutes les associations d’anciens combattants. La LFC était une pierre angulaire de la propagande Vichyste qui mettait en place la « Révolution Nationale », ce fameux concept de droitisation de toutes les composantes de la société mis en application par Pétain. Outre quelques réformes sociales incontestables, on trouve la suppression des syndicats et du droit de grève, le parti unique, les plein pouvoirs à Pétain, le culte de la personnalité, la devise républicaine  Liberté, Egalité, Fraternité» remplacée par «Travail Famille Patrie», la collaboration avec l’Allemagne Nazie, l’antisémitisme d’état, la milice, la chasse aux juifs, aux tsiganes, aux résistants, aux opposants politiques… Wikipédia donne une tiède définition de la Légion dans son article. Pour remettre les pendules à l’heure, un tract de la Légion distribué à Toulouse en cliquant ici.

Ces documents instructifs sont tirés du livre « Toulouse et la Haute-Garonne dans la guerre 1939-1945 la vie quotidienne en image » de Marcel Goubet. L’ouvrage est disponible en version numérisé ici.

 Déjà en 1943, le Clocher de Rodez était un repère de fachos, de collabos…

Annonce et photo de la conférence d’Alain Soral au Clocher de Rodez en 2007.

Annonce et photo de la conférence d’Alain Soral au Clocher de Rodez en 2007.

Plus récemment, il a accueilli Alain Soral, président d’Egalité & Réconciliation (E&R). Conférence organisé conjointe par l’OSRE et E&R le 1er juin 2007. E&R ose se présenter comme une association politique voire comme un think tank. C’est avant tout le fan club d’Alain Soral, un pseudo intellectuel, misogyne, antisémite, imbu de sa personne et misérable complotiste. Il se pose en pourfendeur du système non par conviction mais juste parce que monsieur s’est fait jeter du monde politico-médiatique parisien. E&R est un ramassis de gens à l’image de  Soral, ils pensent tous détenir la vérité et voient le « complot judéo-maçonnique » partout. Ils se défendent d’être fascistes mais louent de grands démocrates tels que Bachard el Assad, Mahmoud Ahmadinejad, Poutine, et feu Khadafi… A Toulouse ils sont quelques uns et fréquentent leurs amis de l’OSRE/Rébellion (source). Voir aussi cet article paru dans le magazine antifasciste No Pasaran en 2010, disponible ici ou encore cette vidéo.

L’ OSRE quand à elle est l’Organisation Socialiste Révolutionnaire Européenne. Elle existe depuis 2009. Il s’agit d’une organisation politique d’inspiration « nationale-bolchévique » émanant de la rédaction de la revue Rébellion (crée en 2003). Il s’agit même d’une section exclue du Bloc Identitaire. L’OSRE joue pas mal sur la confusion en reprenant sans gêne le fond et la forme des  idées de la gauche révolutionnaire. Ses membres sont d’anciens du GUD, du MNR, du FN, d’Unité Radicale [1] et du Bloc Identitaire… A Toulouse, les affinités entre antisémites les amènent à copiner avec E&R. Le Cercle Esprit Rebelle (CER) est une association fantoche par le biais de laquelle l’OSRE organise des conférences sur Toulouse et des randonnées dans la région avec le soutien régulier d’Egalité&Réconciliation Toulouse.

Annonce et photos de la conférence d’Alain De Benoist au Clocher de Rodez en 2011.

Annonce et photos de la conférence d’Alain De Benoist au Clocher de Rodez en 2011.

Le 14 janvier 2011, c’est au tour d’Alain De Benoist de s’y produire à l’invitation du Cercle Esprit Rebelle. Alain De Benoist,  journaliste, écrivain, philosophe est l’un des principaux fondateurs du GRECE (Groupe de recherches et d’études pour la civilisation européenne), un cercle de réflexion instigateur de la « Nouvelle Droite ». Le GRECE prône la diffusion des idées nationalistes via le métapolitique, c’est à dire ce qui n’est pas politique en soit mais qui peut l’orienter, comme la culture principalement, les médias, les sciences. Une stratégie développée à l’origine par le marxiste italien Gramsci (fin XIXe début XXe siècles) : privilégier une hégémonie culturelle comme socle permettant la pérennité d’un pouvoir ou sa conquête. Beaucoup de groupes nationalistes actuels s’inspirent du GRECE, de la pensé de Gramsci. Le Bloc Identitaire notamment fait de la « politique indirecte » à travers des conférences, des publications, des groupes de musiques, des activités sportives, des commémorations historiques… Alain De Benoist et le GRECE ont continuellement brouillé les pistes en critiquant le libéralisme et parfois même le Front National (FN). Une position bien fragile quand on survole le parcours des principaux membres du GRECE. Certains exclus du cercle passeront  au FN. Alain De Benoist prendra même la défense de l’OAS et de l’Apartheid en Afrique du Sud…

Annonce de la conférence de Pierre Gilieth (Bertrand Le Digabel de son vrai nom) au Clocher de Rodez en 2011.

Annonce de la conférence de Pierre Gilieth (Bertrand Le Digabel de son vrai nom) au Clocher de Rodez en 2011.

Le 26 mai 2011, Bertrand Le Digabel alias Pierre Gillieth [2] de la revue Réfléchir&Agir [3] donne une conférence organisée par le Cercle Esprit Rebelle.

Annonce et photo de la conférence de Michel Drac au Clocher de Rodez en 2011.

Annonce et photo de la conférence de Michel Drac au Clocher de Rodez en 2011.

Le 4 novembre 2011, le CER invite au Clocher Michel Drac. Apparemment diplômé d’école de commerce et écrivain, ce qui n’en fait pas pour autant un économiste, Michel Drac dispose pourtant de cette étiquette pour ses œuvres, livres, conférences, entretiens vidéos (l’imposture est récurrente chez les « Soraliens »). C’est un ancien d’Egalité et Réconciliation (c’est souvent le cas pour les « grands » noms qui peinent à s’entendre avec le gourou Soral) qui a collaboré régulièrement ces dernières années, à des écrits notamment, avec le skinhead néonazi Serge Ayoub, le leader de 3ème Voie.

Annonce de la conférence de Franck Abed au Clocher de Rodez en 2012

Annonce de la conférence de Franck Abed au Clocher de Rodez en 2012.

21 avril 2012, Egalité&Réconciliation (E&R) organise une conférence de Franck Abed. Franck fait partie de ces ovnis qu’on trouve sur internet. Des personnes qui apparaissent comme par enchantement, qui construisent leur notoriété et leur légitimité en produisant quantité de vidéos interminables. Des gens qui ont apparemment beaucoup de choses à dire au regard des milliers d’heures de centaines de vidéos entretiens, discours, conférences. Il est très éprouvant de visionner une de ces vidéos interminables et qui au final ne dit pas grand-chose à part dénoncer un ou plusieurs complots « judéo-maçonnique ». Leurs auteurs sont généralement très fort et savent tout, ils ont un avis de spécialiste sur tout. Ils ont souvent une étiquette plus ou moins fantoche pour les définir, royaliste dans le cas d’Abed, économiste, docteur, historien pour d’autres. Bizarrement, ils gravitent tous autour d’Egalité & Réconciliation. Une production intensive de discours médiocres qui inondent internet pour finalement rediriger les adeptes vers Alain Soral et E&R.

Le 5 mai 2012, Terre&Peuple accueille au Clocher Roberto Fiorini. La même journée, l’Œuvre Française tenait une conférence de presse et un repas à la Taverne Bavaroise. Fiorini est le secrétaire général de Terre&Peuple (T&P). T&P est une association culturelle dirigée par Pierre Vial, ancien du GRECE et du FN. Ce mouvement racialiste et païen permet à des militants de différentes organisations de se retrouver dans une structure « neutre ». Les militants de T&P aiment les réunions, les repas, les sorties champêtres, le sport quand il fait beau, la race arienne et l’antisémitisme. Le paganisme (qui reste un conglomérat de religions aussi respectable que les autres) dans les milieux nationalistes est souvent promu en réaction au christianisme. L’extrême droite néopaïenne considère la religion chrétienne comme la responsable du soi-disant déclin de l’Europe, de la race blanche. Selon eux, une religion trop ouverte au monde, aux autres peuples est faible et affaiblit ses ouailles.

Du beau monde pour la conférence de Roberto Fiorini. Sixtine Jeay du Bloc Identitaire, en veste bleue un certain Mathieu du FNJ http://carredinfo.fr/mathieu-front-national-jeunesse-il-y-a-une-perte-de-la-culture-aux-frontieres-9471/, Romain Jacquet d’Egalité&Réconciliation (mieux reconnaissable sur d’autres clichés)…

Du beau monde pour la conférence de Roberto Fiorini. Sixtine Jeay du Bloc Identitaire, en veste bleue un certain Mathieu du FNJ, Romain Jacquet d’Egalité & Réconciliation (mieux reconnaissable sur d’autres clichés)…

Dans l’ordre de gauche à droite, on retrouve aussi Stéphane Esposito Fava, un skinhead néonazi, Pierre Marie-Bonneau, responsable de l’œuvre Française à Toulouse et Henri Van Essen de dos, skinhead néonazi du Bloc Identitaire.

Dans l’ordre de gauche à droite, on retrouve aussi Stéphane Esposito Fava, un skinhead néonazi, Pierre Marie-Bonneau, responsable de l’Oeuvre Française à Toulouse et Henri Van Essen de dos, skinhead néonazi du Bloc Identitaire.

Annonce et photo de la conférence de Marion Sigaut au Clocher de Rodez en 2013.

Annonce et photo de la conférence de Marion Sigaut au Clocher de Rodez en 2013.

Le 4 avril 2013, c’est Marion Sigaut qui est à l’honneur au Clocher avec E&R aux manettes. Contrairement à la pléiade « d’autoproclamés » ou imposteurs gravitant autour d’Egalité & Réconciliation, Sigaut est une vrai historienne spécialiste du XVIIIe siècle. Une réac classique, chrétienne pratiquante, militante à Debout La République, le parti de Nicolas Dupont-Aignan. Elle manifestera contre le mariage homosexuel… Elle dérape depuis récemment sur des thèses complotistes et a rejoint Egalité & Réconciliation.

Annonce et photo de la conférence de Jean-Yves Le Gallou au Clocher de Rodez en 2013.

Annonce et photo de la conférence de Jean-Yves Le Gallou au Clocher de Rodez en 2013.

Le 23 mai 2013, Jean-Yves Le Gallou donne une conférence sur « la tyrannie médiatique ». Conférence organisée par le MAS Toulouse [4]. Le Gallou ancien du GRECE, du Club de l’Horloge, du FN et du MNR a longtemps été un des partisans du rapprochement entre l’extrême droite et la droite parlementaire. Ancien de l’UDF (sur lequel fut créé en partie l’UMP) il a fait ses classes à Science Po Paris et l’ENA. Il sera même député européen du FN. Ce brillant haut fonctionnaire serait l’un des théoriciens du concept de « préférence nationale » cher au FN. Depuis le début des années 2000 il n’est plus vraiment présent politiquement bien que proche du Bloc Identitaire. Il s’est trouvé un nouveau cheval de bataille, pourfendre les « médias dominants» coupables selon lui de ne pas laisser de place à l’extrême droite et ses idées (voir ici). Pour cela il fonde le think thank « Fondation Polémia » (voir ici). Petite anecdote sympathique façon Klu Klux Klan, sur un voyage de Le Gallou pour le FN au Québec dans les années 90.

On l’aura bien compris, pour l’extrême droite locale, les salles de conférences  du Clocher de Rodez sont très attrayantes avec leurs tarifs et leurs capacités oscillant autour de 70 places.

[1] Unité Radicale, groupe d’extrême droite, ancêtre du Bloc Identitaire. Un de ses militants, Maxime Brunerie est l’auteur de la tentative d’assassinat du président Jacques Chirac lors du défilé du 14 juillet 2002. A la suite du coup manqué, les autorités ordonnèrent la dissolution d’Unité Radicale en aout 2002 pour cause d’idéologie raciste, discriminatoire et antisémite. En avril 2003, la plupart des anciens dirigeants d’UR fondèrent le Bloc Identitaire. En 2013 Maxime Brunerie fait encore parler de lui, pour son implication dans La Manif Pour Tous et sa mise en examen pour violence conjugale, voir ici.

 [2] Pierre Gillieth (Bertrand Le Digabel de son vrai nom) est un ancien du GUD, de l’UNI, FNJ, FN, Renouveau Etudiant, Terre&Peuple. Il dirige entre autres la revue Réfléchir et Agir (R&A) et les éditions Auda Isarn. Il y a beaucoup à dire sur ce néonazi toulousain, un article lui sera consacré.

[3] Réfléchir et Agir (R&A), revue créée dans les années 90 par d’anciens skins néonazis et des membres du GUD [5].

[4] Le MAS, Mouvement d’Action Social est un groupe très inspiré par les néofascistes italiens de Casapound. Là encore un groupe qui est très à cheval sur la « métapolitique » et certaines thèses apparentés anticapitalistes. Le MAS multiplie les étiquettes pour se donner l’apparence d’un vaste réseau. Ce dernier s’est agrandit récemment avec l’arrivée des toulousains de l’OSRE/Rébellion.

[5] GUD, Groupe Union Défense. Organisation étudiante d’extrême droite très active dans les années 70 et 90. Elle tente un sempiternel retour au premier plan de la galaxie nationaliste depuis 2010. Le GUD est actuellement présent à Paris, Nancy et à Lyon (source).

 

 

 

One Response to “ Le Clocher de Rodez ”

  1. Jean-Louis dit :

    Je ne connaissais pas cet établissement. Tout cela est bien identifié mais savez-vous qu’il existe une nouvelle génération d’identitaires « free-lance » qui ne gravitent pas dans la nébuleuse des organisations officielles mais existent sous le régime associatif et semblent osciller entre la pensée identitaire et faire des bénéfices dans leurs réunions. (cf. mon com sur le chalet des moissons).

Trackbacks & Pingbacks:

Leave a Comment